Alliance d'un tour - Colombie Britannique

Une stratégie pilote pour la Colombie Britannique

Certains membres de L'Alliance d'un tour ont lancé un nouveau front pour démontrer comment notre stratégie de jumelage des circonscriptions et des partis pourrait conduire à plus de sièges pour les Verts et le NPD lors des prochaines élections en Colombie-Britannique. Nous savons que ces deux partis sont les plus susceptibles d'être réceptifs à la réforme électorale et à une action musclée en faveur du climat.

Sur le sujet de la réforme électorale, nous aimerions que les discussions reprennent en convoquant une assemblée citoyenne indépendante et non partisane pour recommander la voie à suivre. Cette approche s'inscrit dans le cadre de ce que Fair Vote Canada préconise au niveau fédéral et dans les différentes provinces.

Notre stratégie consiste à jumeler un petit nombre de circonscriptions dans lesquelles les Verts ou le NPD ont suffisamment bien réussi lors des dernières élections pour pouvoir gagner cette fois-ci, avec le soutien de l'autre parti. Le terme "soutien" signifie que ce parti ne mènerait pas une campagne vigoureuse contre le parti qui pourrait remporter la circonscription.

Par exemple, nous avons choisi la circonscription de Columbia River–Revelstoke, actuellement détenue par les libéraux, comme une possible victoire du NPD. Elle pourrait être jumelée avec Kelowna—Lake Country ou Kamloops—South Thompson, où un Vert pourrait potentiellement gagner avec le soutien du NPD.

Dans cet exemple, les Verts se tiendraient à l'écart dans Columbia-Revelstoke pour donner au NPD une meilleure chance de gagner cette circonscription. Le NPD se tiendrait à l'écart dans Kelowna-Lake Country ou Kamloops-South Thompson pour faciliter la victoire des Verts.

De même, nous pensons qu'un jumelage de West Vancouver–Sea to Sky pour les Verts et North Vancouver-Seymour et/ou Vancouver—False Creek pour le NPD pourrait produire une autre victoire potentielle pour les deux partis.

Pourquoi les partis accepteraient-elles de s’engager dans une telle démarche? Parce qu'aucun des deux partis n'est susceptible de gagner l’un de ces sièges à lui seul, mais pourrait le faire en passant par une approche collaborative, sur la base de priorités partagées.

Dans un système électoral proportionnel, ce type d'arrangement ne serait pas nécessaire et tous les partis — y compris les conservateurs de la Colombie-Britannique — seraient en mesure d'élire des députés à l'Assemblée législative proportionnellement aux votes exprimés. Nous appelons cela une alliance d’un tour, dans l'espoir que les partis reprendront la discussion sur la réforme électorale s'ils sont élus. Ce n'est qu'avec une véritable démocratie électorale que nous pouvons espérer que les partis respectent la volonté de l'électorat; ce n'est qu'avec la représentation proportionnelle que nous pouvons espérer que la politique soit plus collaborative et moins partisane.

Au lendemain du référendum de 2018, nous souhaiterions voir l'organisation d'une assemblée citoyenne indépendante et non partisane, soutenue par tous les partis du corps législatif, afin de recommander la voie à suivre en matière de réforme électorale. Les partis politiques et les députés élus devraient reconnaître qu'ils sont en conflit d'intérêts sur le sujet de la réforme électorale et laisser à un organe représentatif des citoyens le soin de se prononcer après avoir étudié le sujet en profondeur, consulté des experts et délibéré entre eux.